Dans le moment ou les derniers chiffres du chômage notent une baisse du nombre de chercheurs d’emploi, la génération actuelle des bac +5 ne semble pas bénéficier de ce changement.

Comme la culture, la communication est un secteur difficile. Et même avec un diplôme obtenu dans une grande école, la recherche d’un travail est très compliquée. Marlène est titulaire d’une licence en communication obtenue à Sciences Po ainsi que d’un master professionnel en communication internationale passé au Celas. «La majorité des offres demandent 3 à 5 ans d’expérience. Je suis diplômée depuis décembre 2015, et depuis janvier je cherche un boulot…en vain. J’ai envoyé 150 candidatures et toujours rien…Ah si, 3 entretiens». La jeune femme s’aperçoit que la recherche d’emploi est délicate, mais plus qu’à la situation, c’est à son école qu’elle en veut. «L’école nous a dit que l’on commencerait à 2000 euros net, c’est dur de voir la vérité en face. La vérité c’est 1700 euros brut par mois pour 5 ans d’études, parfois moins… Pour ne pas diminuer leur diplôme, ils nous font miroiter des choses, je ne suis pas la seule dans ce cas» déclare Marlène.

Les jeunes diplômés ont  certains problèmes pour mettre en valeur leurs compétences, à travers leurs CV ou surtout leurs lettres de motivation. Des méthodes sont pourtant. Elles consistent bien sûr à personnaliser vraiment sa lettre et son CV à chaque entreprise consultée, à progresser des jobs, même les plus petits, ou encore à détailler les cours que chacun a suivis, surtout si vous n’avez pas assez d’expérience.