En France le recrutement des cadres connait un grand dynamisme avec une augmentation des recrutements de 11% en 2018, pour plus que 73.000 créations nettes, surtout dans le secteur de l’informatique. Cette année, les embauches seront entre 58.790 et 63.260.

“L’année dernière, le secteur de l’emploi cadre a reconnu un grand dynamisme. Les sociétés ont embauché 266 400 cadres, soit une augmentation de 11 % sur un an selon l’Apec dans la dernière édition de son article sur l’emploi cadre en France.

Un récent “record” donc, après une année 2017 déjà actif à +10%. Et les secteurs de l’informatique et télécoms font partie des premiers secteurs qui ont enregistré une hausse du recrutement au cours de l’année précédente (4 embauches sur 10).

De la digitale “dans toutes les parties de l’économie”

Cette disposition est amenée à se continuer cette année, prévoit l’Apec, qui l’explique par “les changements reliées à la  digitalisation de toutes les classes de l’économie.” Plusieurs transformations technologiques tirent pareillement les embauches de profils IT.

Data, cybersécurité ou intelligence artificielle “collaborent amplement à ce phénomène, de même que les activités d’ingénierie soutenues à l’industrie autour de l’usine du futur” accentue l’étude.

La conséquence, c’est un autre bond espéré des embauches de cadres dans l’activité informatique et télécoms. L’Apec table sur un accroissement compris entre +10 et +19%. Les sociétés du secteur pourraient ainsi recruter de 58.790 à 63.260 cadres.

Les cadres de la fonction informatique sont passés de 55.000 à 59.300 recrutements en 2019, ce qui les place loin devant toutes les autres fonctions. En ce qui intéresse les profils d’expérience, le privilège va comme souvent aux cadres de 1 à 10 ans d’expérience.

Les services plébiscitent ainsi plus particulièrement les cadres de moins de 5 ans d’expérience, dont les débutants (moins d’un an). Dans le secteur de l’informatique et des télécoms, les débutants représentaient  27% des embauches en 2019 – contre 18% tous secteurs confondus.

Cette vitalité s’explique donc par la transformation digitale, qui porte le développement économique des sociétés de ce marché. Syntec Numérique évalue à 4,1% la hausse des services et logiciels en 2018 et prévoit une nouvelle augmentation de 3,9% cette année.